06 mars 2013

Giuseppe Garibaldi, Henri Sappia et Gonzague Arson...Trois grandes figures du séparatisme niçois…

On s’affole… Dans certains cénacles très conservateurs et nationalistes de la ville, proches du pouvoir, on est complètement affolé car les Niçois se réapproprient aujourd’hui leur Histoire. Ils pensaient l’avoir passée à la Javel, à la machine à laver, lui avoir tordu le cou, mais elle réapparaît aujourd’hui avec ses belles couleurs et les Niçois exigent des comptes… Les “Hussards noirs” de la République, à savoir les universitaires, avaient gommé, re-gommé, transformé, amputé, lissé, menti… pour franciser à tout prix les enfants... [Lire la suite]
30 janvier 2013

Commémoration du soulèvement séparatiste à Nice

Du 8 au 10 février les niçois commémorent le soulèvement séparatiste du Peuple Niçois suite à la spoliation de l'écrasante victoire de la liste menée par Garibaldi aux élections législatives du 8 février 1871, soulèvement réprimé avec une grande violence par l'armée française ! Du 8 au 10 février, comme le firent nos insoumis ancêtres, les niçois mettront en évidence le Drapeau Niçois à leur fenêtre (ou par défaut une bougie) !  Libera Nissa
15 novembre 2012

Peuples européens séparatistes: la France plus qu' inquiète !

Effectivement, c'est un fait, la France tremble ! La France jacobine a une peur viscérale de la remise en cause de son dogme essentiel qui est « l'indivisibilité de sa république ». Bien évidemment, le pouvoir jacobin ne citera jamais des faits se déroulant sur le territoire de sa sacro-sainte « république une et indivisible », mais des signes de sa grandissante inquiétude se sont particulièrement révélés ces dernières semaines. Cela a commencé avec les élections municipales en Belgique qui ont vu une percée du parti séparatiste... [Lire la suite]
14 mars 2010

Nice contemporaine 1871

NICE CONTEMPORAINE 1871envoyé par HENRI_SAPPIA_1871. - L'info internationale vidéo.
09 septembre 2009

8 février 1871, Garibaldi est élu député de Nice

L’empire s’effondre Le 4 septembre 1870, le second empire s’effondrait dans la défaite et la honte. Napoléon III enfermé dans Sedan s’était rendu aux prussiens, la France était envahie et Paris menacé. Le gouvernement de la Défense nationale s’était replié à Tours et l’assemblée nationale à Bordeaux. La situation militaire s’était aggravée les mois suivants, et dans la capitale assiégée et affamée, les Parisiens mangeaient des rats, après avoir dévoré tous les animaux du jardin des plantes. Garibaldi, bien que malade était... [Lire la suite]