Pour diverses et légitimes raisons nous devons envisager la question d’un point de vue niçois. Certains ne manquerons pas de nous resservir la formule inventée jadis par le pouvoir jacobin centralisateur : « il n’y a que des Français en France ». Comme chacun peut s’en rendre compte tous les jours, cette vieille ficelle jacobine destinée à détruire les particularismes régionaux pour s’assurer le pouvoir absolu, est plus que jamais en décalage avec la réalité ; hier déjà tout démentait ce postulat arbitraire, aujourd’hui la réalité le ridiculise. Nice est une pièce rapportée à l’hexagone gaulois ; après avoir annexés les Niçois de force on le leur a assez fait sentir, que ce soit par le mépris, les incessantes critiques ou en les desservant économiquement au profit de Marseille. Personne ne pourra donc reprocher aux Niçois de penser et d’agir en Niçois. D’abord parce qu’ils sont chez eux, sur leur terre ancestrale et ensuite parce qu’ils ont été envahis militairement et annexés par « la force brutale et la corruption » comme le déclarèrent officiellement à l’époque Garibaldi et Lauranti-Roubaudi, députés de Nice, en même temps qu’ils réservaient pour l’avenir le droit des Niçois à revendiquer leur nationalité bafouée.

1 - Introduction

2 - Le particularisme du Pays de Nice

3 - L’identité niçoise est toujours debout.

4 - Opposition historique et options diamétralement opposées

5 - Les choix dangereux de la France

6 -Nice, terre d’accueil

7 - Les niçois ne doivent rien à personne

8 - L’affaire de la Grande Mosquée, ne doit pas être le fonds de commerce des politiciens

9 - Les raisons historiques propres à Nice

10 - Beaucoup de Niçois s’interrogent

11 - Les religions, la lettre, l’esprit et les interprétations

12 - Beaucoup de contradictions

13 - Religion et politique

14 - Chacun a droit au respect

15 - Pourquoi de nombreux Niçois ne veulent pas d’une grande Mosquée en centre ville

16 - La réciprocité doit régir les rapports humains

17 - Accueil, oui, colonisation de Nice, non

18 - Pour conclure