Pour l’instant, certains pouvoirs politiques extrémistes, profitant de l’obscurantisme et de la misère font de l’Islam une machine de guerre contre l’Occident présenté comme l’ennemi héréditaire. Alors que l’on nous parle de tolérance, que voyons nous autour de nous et dans le monde ? Théo Van Gogh assassiné, Salman Rushdie menacé de mort, M. Delanoë poignardé pour ce qu’on sait et par qui on sait, des prêtres chrétiens régulièrement assassinés en Turquie, d’autres orthodoxes assassinés à Bagdad, l’archevêque Chaldéen de Mossoul assassiné, des meurtres et enlèvements de religieuses catholiques en Somalie ou des milliers de Chrétiens sont maltraités et certains assassinés, des attentats à Madrid et à Londres, l’attentat du 11 septembre à New York, des mesures coercitives contre les chrétiens en Algérie et dans divers pays musulmans, des violences, enlèvements et attentas à la bombe qui frappent les chrétiens en Irak, où l’on à décidé « que nul chrétien ne doit rester en terre d’Islam », on constate qu’il est interdit de porter une croix en Arabie Saoudite et même d’y célébrer une messe en un lieu privée, sous peine de très graves sanctions, on voit des têtes et des mains tranchées, des flagellations, on voit des talibans qui au nom de l’Islam imposent des lois inacceptables et détruisent des statues uniques appartenant au patrimoine de l’humanité, on voit le régime iranien qui ne s’intéresse au modernisme que pour créer des engins de mort et vomit sans cesse des menaces contre Israël et l’Occident, on voit des traditions moyenâgeuses contraires à la dignité humaine et à la liberté, qui fleurissent un peu partout dans le sillage de l’Islam et que l’on veut imposer en son nom, on voit des femmes supposées adultères lapidées, on voit des mariages forcés, des parents qui martyrisent leurs enfants s’ils se hasardent à vouloir s’unir avec des chrétiens et des frères qui font de même avec leurs soeurs pour les mêmes raisons, on voit des agressions diverses et continuelles contre les Juifs, les Chrétiens ou leurs lieux de culte et bien d’autres choses encore…

---

On pourrait en noircir des feuilles entières, avec des centaines exemples précis à l’appui. Dans ce long et monstrueux catalogue de souffrances, gluant de sang, de xénophobie et de déraison, a quelle page figure donc la tolérance de l’Islam pour les non musulmans ? On nous dira que les responsables de ces crimes sont de mauvais musulmans et nous répondrons cu non es buon turc, non es bon crestian… Mais force est de constater qu’il en existe des millions de musulmans dans le monde qui adhérent aux thèses extrémistes et s’en repaissent voluptueusement au nom d’une foi ardente dénuée d’une once de tolérance. Pourquoi les modérés ne font ils pas entendre leur voix et n’agissent ils pas pour remettre les « mauvais » à raison ? Pourquoi ne s’en démarquent ils pas en les condamnent publiquement ? La solidarité morale entre musulmans va t-elle jusqu’à ignorer ou excuser des crimes dont sont victimes les non musulmans ? Quelques lignes de Marianne évoquent en ces termes le mur qui se dresse entre deux conception de la société : « M. Rasumssen, chef du gouvernement danois a indiqué en parlant de l’Afghanistan : « Il faut que l’adversaire accepte les principes démocratiques fondamentaux de l’Etat et des Droits de l’Homme » et le journaliste conclut ironiquement : « Tout le monde sait que le mollah Omar lit Montesquieu… ». Mais comme tout musulman qui s’en tient la lettre du Texte, le personnage en question ne conçoit le monde que régi par les lois religieuses et civiles musulmanes, bien qu’il use de créations de l’Occident quand cela l’arrange puisqu’il s’est enfui de Kaboul à mobylette…

---

Les Niçois ne tolèreront pas de telles conceptions car eux n’imposent leur pissaladiera et leur stocaficada a personne, pas plus que les jours et heures ou il faut les déguster. Le fait que de jeunes niçois soient déjà privés de jambon à la cantine, que des activités soient interdites aux femmes, que l’on exige qu’elles soient séparées des hommes dans les piscines ainsi que d’autres dérives annoncées, sont déjà une atteinte extrêmement grave à la société niçoise et à nos droits. Cette situation surréaliste est due à la lâcheté coupable des édiles et des corps administratifs français qui sont à plat ventre devant des groupes de pression. Les Niçois n’en accepterons pas plus, car cela est déjà beaucoup trop. Ils refusent de vire au rythme d’usages qui ne sont pas les leurs. Que les Français acceptent ce qu’ils veulent, mais à Nice nous sommes arrivés au point de rupture, avec les conséquences qui risquent d’en découler.

1 - Introduction

2 - Le particularisme du Pays de Nice

3 - L’identité niçoise est toujours debout.

4 - Opposition historique et options diamétralement opposées

5 - Les choix dangereux de la France

6 -Nice, terre d’accueil

7 - Les niçois ne doivent rien à personne

8 - L’affaire de la Grande Mosquée, ne doit pas être le fonds de commerce des politiciens

9 - Les raisons historiques propres à Nice

10 - Beaucoup de Niçois s’interrogent

11 - Les religions, la lettre, l’esprit et les interprétations

12 - Beaucoup de contradictions 

13 - Religion et politique

14 - Chacun a droit au respect

15 - Pourquoi de nombreux Niçois ne veulent pas d’une grande Mosquée en centre ville

16 - La réciprocité doit régir les rapports humains

17 - Accueil, oui, colonisation de Nice, non

18 - Pour conclure