Interview d'Alain Roullier, président du mouvement indépendantiste niçois

Alain Roullier, on parle de plus en plus d'une liste de la Ligue aux municipales ?

Les élections municipales auront lieu dans neuf mois; nous prendrons une décision en temps utile. Nous ne sommes ni des politiciens, ni des ambitieux, il n'y a rien de personnel dans notre démarche : les municipales pour nous ne sont pas une fin mais un moyen, celui de gérer enfin la ville dans l'intérêt de ses habitants; il va encore couler de l'eau sous les ponts du Paillon avant cette échéance.

Nous voulons servir notre ville et nous réfléchissons calmement, posément, sérieusement à cette éventualité; notre présence aux élections municipales serait plus qu'utile il est vrai, car il y a urgence : Nice est en train de mourir. La question essentielle pour nous est de savoir par quelle mesure nous pourrions améliorer sensiblement et durablement la vice des Niçoises et des Niçois; et aussi de déterminer très exactement qu'elles seront les difficultés majeurs et comment les résoudre.

Personne ne connaît exactement la dette de la ville, elle doit être énorme et cela m'inquiète beaucoup. Se présenter aux municipales, pour se présenter, n'intéresse que les vaniteux, les profiteurs et les imbéciles, mais certainement pas nous. Ce qui importe pour nous, c'est l'efficacité, car la prochaine municipalité aura fort à faire pour remettre de l'ordre et gérer « l'héritage » qui à mon avis sera catastrophique dans beaucoup de domaines.

Pour l'instant, nous sommes occupés à rassembler des femmes et des hommes de valeur, qui par leurs qualités, leurs parcours professionnels et surtout leur expérience pourraient être utiles à Nice le moment venu; seule une équipe apolitique, ferme dans ses convictions et très compétente, remettra Nice sur les rails. Pas ceux, ruineux, du tramway, ceux du bon sens.

Pourtant, sur les forums internet, la candidature de la Ligue est considérée comme certaine...

Rien n'est certain dans la vie, car nous pouvons tous disparaître du jour au lendemain et beaucoup d'impondérables modifient souvent nos projets. Ceux qui veulent avaler des montages restent la plupart du temps sur leur faim et en se trompant eux-mêmes, trompent les autres.

Les Niçois ont assez été trompés jusque-là; si nous devions leur proposer un programme à l'occasion des municipales, ce serait un projet sérieux et mûri, et non les habituelles promesses démagogique tartinées sur les programmes à la va-vite et oubliées le lendemain de l'élection. Nous n'appartenons à aucun parti, à aucune coterie, nous ne défendons les intérêts d'aucun groupe de pression local ou national, nous ne touchons aucune subvention : nous serons donc totalement libres de dire ce que nous pensons et de faire pour le mieux le cas échéant, car nous ne devons rien à personne.

Nous n'avons pas comme certains vendeurs d'illusions, de baguette magique qui résout tout, mais le bon sens niçois, la sincérité et la non-appartenance au système, sont nos meilleurs atouts pour sortir Nice de la situation affreuse dans laquelle elle s'enfonce. Mais nous préférons être prudent dans nos affirmations et réfléchis dans nos actions, car l'enjeu pour Nice est capital.

Allez-vous parfois sur les forums internet ?

Non; je n'en ai pas le temps; mais on me rapporte des choses véritablement insensées. J'espère que cela ne concerne qu'une minorité d'internautes, mais les « crétins anonymes », même peu nombreux, décrédibilisent totalement ce mode de communication. Sous le couvert d'un relatif anonymat, n'importe quel aigri trouve à bon marché une tribune pour exhaler ses ressentiments personnels. D'autres, pensant bénéficier de l'impunité, déversent des torrents de boue, voire des diffamations, sur les uns et les autres. On voit paraît-il sur le forums se matérialiser les fantasmes débridés d'esprits malades ce qui d'ailleurs peut conduire les responsables des sites et les auteurs peut conduire les responsables des sites et les auteurs en correctionnelle, car contrairement à ce qu'ils imaginent, ils son aisément identifiables en cas d'enquête judiciaire.

Ce moyen d'un formation est devenu un instrument de désinformations qui tient à la fois du café du Commerce et de la fosse aux serpents. Il est dommage qu'un si bel outil soit corrompu pas une minorités, mais qu'attendre de la société française qui est à l'école de l'immoralité ? Il ne faut donc pas se fier aux « informations » colportées sur les forums.

Vous êtes sur la brèche depuis longtemps, cela laisse supposer un engagement en 2008 ?

Comment ne pas protester quand on voit dans quel état est notre ville ? Quand notre identité et notre culture sont foulées aux pieds tous les jours ? Je rassemble de plus en plus de Niçoises et de Niçois possible pour organiser une riposte aux agressions que nous subissons. Et je suis heureux d'en rencontrer de plus en plus. Bien sûr, il faut faire quelque choses, et la renaissance doit passer par le bulletin de vote. Nous avons de quoi nous inquiéter, car nos édiles nous cachent le montant précis et détaillé de la dette de la ville. On s'apprête à massacrer la plaine du Var sous prétexte de modernité, alors que ce catastrophique et monstrueux bétonnage va rapporter des fortunes à certains.

Les municipales n'ont d'intérêt que parce qu'elles peuvent inverser cette tendance qui nous mène tout droit à l'abîme. Les membres de la LRLN n'assisteront pas les bras croisés à la destruction de Nice et de l'identité niçoise.

A quelle date vous déciderez-vous ?

Ce qui est important, ce n'est pas la date à laquelle nous annoncerons une éventuelle candidature, mais le projet que nous pourrions présenter aux Niçois. Et ce projet doit être soigneusement élaboré en fonction des réalités présentes et des possibilités futures probables. Notre but n'est pas d'annoncer avec des roulement de tambours comme certains : « Nous nous présentons ! », cela ne présente aucun intérêt pour la collectivité. Nous dirons en temps utile aux Niçois ce que nous voulons faire, comment et pourquoi.

Tout le reste n'est que message d'ego, tintamarre médiatique malsain. Les municipales ne sont pas un match de boxe dont le vainqueur aura la palme (dans la situation où un nouveau maire qui veut servir les Niçois trouvera la ville, ce sera plutôt la palme du martyre !) ; selon nous, les municipales doivent être l'occasion de recarder les choses dans le sens Niçois, d'arrêter le gaspillage éhonté des deniers publics, les projets insensés, l'occasion surtout de s'occuper enfin des habitants de cette ville, de l'avenir des jeunes, et de la restauration de l'identité niçoise.

Pensez-vous que les Niçois soient capables du sursaut que vous souhaitez ?

Les Niçois se mobiliseront pour remettre de l'ordre à Nice, et aussi pour défendre leur identité, j'en suis persuadé, s'ils ne l'on pas fait avant c'est parce qu'ils étaient dispersés et dans les mains des partis parisiens qui ont tout verrouillé à Nice. Ils n'avaient pas le choix. Depuis 1990 ils sont pieds et poings liés à ce système politique français qui détruit Nice et brouille les cartes pour tenter de conserver le pouvoir.

Personne, jamais, n'à pu se battre efficacement sans structures, sans organisation; j'ai fais en sorte d'offrir aux Niçois cette structure en créant la LRLN, cela a été difficile, mais maintenant elle existe et elle est très puissante parce que les Niçois ont très bien compris qu'il est vital pour eux de se réunir. Aujourd'hui, l'instrument qui permettra de vaincre les ennemis de Nice est opérationnel et nos concitoyens auront la possibilité de s'en servir lors des prochaines élections municipales.

Mon rôle est de rassembler, de renforcer pendant les neuf mois qui restent, de canaliser et centraliser toutes les énergies pour les rendre plus efficientes. Après ce sera aux Niçoises et aux Niçois de jouer, de porter le coup fatal aux partis parisiens et installant une équipe apolitique au pouvoir.

Vos propos sont nuancés, voulez-vous vraiment accéder au pouvoir municipal ?

C'est une vision simpliste, réductrice et schématisée. En réalité, le problème ne se pose pas en ces termes. Dans la vie il existe de multiples pouvoirs, de multiples réussites dans divers domaines; les véritables « pouvoirs » comme vous dites, ne sont jamais apparents, ils sont beaucoup plus discrets. Ma vie est bien remplie, j'ai beaucoup de satisfactions car en général je mène à bien ce que j'entreprends, grâce a un travail acharné; je ne conçois pas le pouvoir municipal comme certains, pour moi c'est d'abord synonyme de charges supplémentaires. S'il m'avait intéressé comme il intéresse les politiciens, c'est-à-dire en terme de « carrière », je m'y serai intéressé bien avant, mes relations me le permettaient.

J'ai préféré poursuivre d'autres objectifs, plus gratifiants et me tenir loin des compromissions politiciennes. Mais voilà, au moment ou après avoir obtenu de belles réussites par mon travail, au moment où j'aurais pu me consacrer à des activités littéraires, intellectuelles, artistiques et humanitaires, un énorme problème surgit sur ma route, sur notre route : on attaque notre identité, on détruit nos racines, on saccage la ville que nous aimons, on insulte nos ancêtres et on détruit ce qu'ils ont construit !

Alors, je dis Non. Je ne peux admettre de voir ma ville défigurée et livrée à une spéculation éhontée; je refuse de voir notre identité piétinée, je souffre de voir la désespérance des jeunes Niçois qui n'ont pas d'avenir ici, alors qu'ils sont chez eux; je ne veux pas voir nos anciens honteusement abandonnés à leur sort; je ne veux pas voir notre ville souillée par la lie d'Europe et du monde, envahie par des voyous et par des bons français qui la prennent pour un camp de vacances et se croient tout permis, même de nous insulter; je ne veux plus que notre argent soit jeté par les fenêtres par des gens qui travaillent guère (sinon à leur réélection) et gaspillent le fruit de notre labeur. Et pour avoir une chance d'inverser la tendance avec succès, il faut que la société civile accède au pouvoir municipal.

Cela ne m'enchante pas particulièrement, mais je suis pragmatique et je sais que c'est le seul moyen. Alors deux solutions s'offraient à moi : m'effacer, subir, assister silencieux à la destruction de notre identité et m'occuper que de ma petite personne, ou résister, prendre des coups de bâtons, et me battre pour ma ville. Et bine j'ai choisi de résister et de me battre, c'est ma nature.

Après ce constat que voulez-vous faire ?

Je veux que Nice redevienne Nice, je veux que l'identité niçoise, notre identité, soit la première référence à Nice, je veux que la raison et la mesure prévalent enfin. Des dizaines de milliers de Niçois sont dans mon cas et souhaitent la même chose que moi; écoeurés, ils ne votent plus et ils ont bien raison, car dans ce système politique ils n'ont le choix que de la servitude. Alors comme eux, à une moment, je me suis dit : maintenant, c'en est assez, il faut que cela cesse !

Et la seule façon de faire cesser le massacre de Nice, ce n'est pas de gémir dans son coin, c'est de se réunir entre Niçois et de chasser les malfaisants. Le redressement de Nice passe qu'on le veuille ou non par le combat politique; il faut installer la société civile niçoise saine à la mairie et tout rentrera dans l'ordre. Bien sûr il faudra détordre tout ce qui est tordu, il faudra payer les folies des incompétents qui nous ont précédé, mais la machine infernale qui détruit Nice au moins sera enfin arrêtée.

Nous réparerons, nous fortifierons l'identité niçoise, nous reconstruirons et préparerons l'avenir aidés par les jeunes, qui ensuite prendront la relève quand ils se sentiront prêts et le plus tôt possible, je l'espère. Voilà comment je conçois les choses et comment les conçoivent tous ceux qui sont à la LRLN

Quelles difficultés prévoyez-vous si la LRLN présentait une liste ?

Vous n'ignorez pas que la « démocratie » est un vain mot dans cette ville. La mairie censée être la maison commune est confisquée par un clan : essayez donc d'obtenir des salles de réunions municipales en période électorale... Et puis c'est le règne des monopoles, en particulier celui des médias. Le monopole de presse est connu pour servir qui il veut, en fonction d'intérêts commerciaux évidents, ce qui d'ailleurs a conduit beaucoup de Niçois à s'en désintéresser totalement. Les télévisions locales sont verrouillées, elle désinforment le public directement ou non; les associations paramunicipales et d'autres n'ont qu'un chef d'orchestre, celui qui leur accorde les subventions...

Se dresser contre le système n'est pas une mince affaire car aussitôt, il lâche sa meute de chiens de garde. Sachant tout cela, nous allons activer nos réseaux et trouver par avance des parades adéquates aux gracieusetés que tout ce beau monde réuni va nous asséner. Je les connais, je sais ce dont ils sont capables, pour avoir déjà maintes fois été victime de leur perfidies; ils en ont toute une vaste panoplie...

Mais nous, nous avons une multitude de sympathisants dans toutes les administrations et toutes les composantes de la société, à tous les niveaux de responsabilités y compris les plus hauts; ce sont autan de courroies de transmissions, de collecteurs d'informations et d'acteurs de la vile civile. Et si les malfaisants exagèrent, ils risquent, soit d'être boycottés par nos amis s'ils vendent quelque chose, soit de voir revenir très vite le boomerang d'une quelque d'une quelconque façon...

Nice étouffé, et la plupart des Niçois en ont assez du système qui règne ici; il ressemble par certains côtés à une dictature sud-américaine, le côté théâtral en moins et la langue de bois en plus. La bonne veille désinformation a été remplacée par la « non-information », les coups sont portés très bas, les gens qui connaissent la musique s'autocensurent eux-même pour avoir des avantages auxquels pourtant ils ont droit, l'argent public devient une force politique au service de clans, et la « dictature molle » gangrène notre société niçoise. Et bien il faut détruire cette fourmilière d'injustice et d'iniquités à coup de pelleteuses.

Serez-vous candidat ?

La LRLN compte quelques milliers de membres et autan de sympathisants. Le nom de celle ou de celui qui mènera la liste, si nous décidons d'en présenter une, n'est pas réellement important. Seules ses qualités personnelles seront importantes. Je le répète pour la nième fois : à la Ligue, nous ne pratiquons pas le culte de la personnalité. J'ai commencé une vaste consultation afin de connaître le sentiment de tous nos membres et sympathisants et je me rangerai évidement à l'avis général. Les questions posées sont simple et limpides : « les Niçois ont-ils intérêt à ce que nous présentions une liste apolitique aux municipales ? ». Si oui : « qui a les compétences requises pour figurer sur cette liste? ». Ensuite seulement : « Qui a les qualités requises pour coordonner l'ensemble et mener cette liste ? ». J'ai déjà un avis personnel sur la réponse aux deux premières questions; j'attends de nos membres et sympathisants le confirment ou l'infirment.

Ensuite, le cas échéant, ils décideront de la réponse à donner à la troisième question. Je soutiendrais de toutes mes forces, celle ou celui qui sera choisi. Quand je vois qu'à Nice deux personnalités d'un grand parti se déchirent déjà pour tenter d'éliminer l'autre de la « course » aux municipales, je trouve cela lamentable. « Pousse-toi que je m'y mette »... Cette attitude est diamétralement opposée à mes conceptions.

Et si c'est vous qui êtes choisi par vos militants ?

Eh bien ce serait à la fois un grand honneur d'avoir été désigné pour défendre Nice et un très lourd fardeau si j'acceptais.

Accepterez-vous ?

On ne peut faire de réponse à ce qui n'est qu'hypothétique. Je ne suis pas une machine programmée comme le sont les politiciens, je suis simplement un homme qui veut se battre pour que Nice ne meure pas. Et il y a beaucoup de façon de lutter sans être forcément sur le devant de la scène. Dans quelques mois nous connaîtrons les forces en présence et nous et nous évaluerons mieux la situation dans le contexte politique du moment.

Si je devais être choisi, j'étudierai les raisons objectives d'accepter et celles de décliner et de proposer quelqu'un d'autre. Les raisons majeurs et objectives qui conforteront notre cause l'emporteront, voilà tout. Il faut réussir, c'est mon seul et unique objectif. Ce que je peux vous assurer, c'est que je ne penserais qu'à l'intérêt de Nice. De toute manière, et sans parler e moi qui ne suis qu'un Niçois parmi tous les autres (et cette fraternelle connivence vaut tous les honneurs de la terre), la LRLN ne demeurera pas inactive : elle a été fondé pour défendre les Niçois et elle sera l'épée des Niçois. C'est l'essentiel. Et ce ne sera pas une personne particulière, ni moi, ni une autre, qui maniera cette épée,c e sera le peuple niçois, le vrai, qui tranchera dans le vif pour se débarrasser du système politique jacobin et remettre les Niçois au pouvoir chez nous...

Les Nouvelles Niçoises, juillet 2007