PAÏS NISSART - site officiel

Festa de la Countea de Nissa à Sospel - 9 et 10 juin 2018

affiche-2 FESTA COUNTEA 2018

Le programme détaillé de la 6e Festa de la Countea de Nissa qui se tiendra à Sospel les 9 et 10 juin 2018

Samedi 9 juin 2018

12h00 Ouverture de la buvette (boissons et snack)

14h00 : visite du village par isabelle Oché, adjointe à la culture de Sospel, Musée du Pont-Vieux avec exposition permanente, exposition d’outils anciens par le « Foyer Rural de Sospel ».

14h30 : Conférence « la ligne historique : Nissa-Cuneo-Turin »

15h00 Visite d’église par Camille Guillon

16h00 Conférence « Conservation de notre Patrimoine »

16h30 : Visite d’église par Camille Guillon – Initiations aux danses trad’

17h00 : Concours du costume traditionnel

18h00 : Ouverture officielle de « la Festa de la Countea de Nissa 2018 » avec le maire de Sospel, les personnalités (maires des autres villages et institutionnels) passage de témoin Isola 2017 – Belvédère 2018, hommage rendu à une personnalité impliquée dans la culture nissarde.

18H30 : Apéritif de la mairie

19h00 : Ouverture de la caisse (pour soirée ou repas) Repas servi à table (Barbajohan, Ratatouille et roti, fromage et tartare au citron meringuée)

21h00 : remise des prix et remerciements

21h30 : Baleti avec « I Musicanti di Halanwa » et « Lou Baldaqui 2.0 »

Dimanche 10 juin 2018

10h00 Ouverture de la buvette (boissons et snack)

10h00 3e « Rencontres internationales des Pays Réels » avec délégations présentes sur le thème « Conquérir de nouveaux espaces pour nos langues et nos cultures »

11h00 : Départ du « Susper Tour express »

14h00 Discussions entre délégations

15h30 : Théâtre avec le « Foyer Rural de Sospel

16h00 Concert de Said Kessas suivi des rencontres musiclaes « Nissardo-Kabyles »

17h30 : Cloture officielle avec un baleti du groupe « Lu Barbalucou »

 

Présentation de Sospel et de la 6e Festa de la Countea


Café NissART - jeudi 17 mai.

Présentation du recueil de "revirada" de Zine, "Cantates d'Azur", paru chez "Baie des Anges" suivi de rencontres dédicaces et un mini-concert. Entrée libre (paf : 1 conso)

Jeudi 17 mai 2018 au centre culturel "la Passerelle" 2 Pacho - 06300 Nice

café nissart zine

Front National et "fête des nations" à Nice, réaction du Parti Niçois

Nous reproduisons ici l'intégralité du communiqué de Julien Llinares, président du Parti Niçois, réagissant à la venue de Marine Le Pen et des ses alliés au parlement européen à Nice pour le 1er mai

logo pn nouveau 1

" Cette année, Marine Le Pen a décidé de « délocaliser » à Nice, la traditionnelle manifestation du 1er mai du Front National

Si initialement elle devait y honorer Jeanne d’Arc, elle rendra finalement hommage à la pucelle à Cannes. En effet, son entourage s’est peut-être rendu compte de l’incongruité   de rendre hommage à une héroïne française, dans une ville qui à l’époque de la pucelle d’Orléans n’était pas française (au moment de la naissance supposée de Jeanne d’Arc, Nice avait rejoint la Savoie depuis plus de deux décennies). Marine Le Pen l’honorera donc à Cannes de l’autre côté du Var…. ce qui est aussi incongru quand on y pense et démontre la méconnaissance de l’Histoire, car le comté de Provence était toujours un Etat indépendant à cette période. Jeanne d’Arc était une inconnue pour les Niçois comme pour les Provençaux.

Cependant, Marine Le Pen célébrera tout de même quelque chose à Nice, et cela interpelle bien plus, elle souhaite organiser une « fête des Nations » avec ses « alliés » européens…

Je resterai toujours étonné par l’incohérence de ce parti, siégeant au parlement européen et s’y trouvant des alliés alors que le programme phare du FN aux dernières présidentielles c’était la sortie de la France de l’UE et le retour au franc ! (un peu comme si j’étais candidat pour les élections régionales en PACA alors que je souhaite soustraire le pays niçois de la tutelle marseillaise). Mais le FN n’est plus à une incohérence près.

Finalement, en organisant cette « fête des nations » avec ses « alliés européens », Marine Le Pen a quand même « une vision » pour l’Europe : Et cette vision de l’Europe est à mille lieues de l’Europe que je voudrais voir qui est celle d’une Union Européenne des peuples réels, d’une Europe des Niçois, des Corses, des Catalans, des Ecossais et tant d’autres peuples partageants des valeurs et des racines communes qui ont fait la fierté de l’Europe et non sa honte….une autre Europe que celle actuellement régentée par l’ultra-libéralisme de Bruxelles ou que celle de l’ultra-nationalisme et du populisme souhaitée par le FN et de ses « alliées ».

« Fête des nations », ou plutôt, selon la vision du FN, une « fête des états-nations » artificiels devrait-on dire ! Des états-nations qui s’opposent aux peuples réels souvent niés quand ils ne sont pas violemment combattus …

Des états-nations niant toujours l’existence des peuples et de leurs spécificités comme en France, des états-nations usant de la brutalité pour empêcher un peuple de s’exprimer sur son avenir comme en Espagne…des états-nations se repliant sur eux-mêmes et enfermant avec eux l’aspiration des peuples à l’autodétermination : voilà l’Europe dont rêve Marine Le Pen, une Europe des nationalismes étatique, artificiellement créé au XIXe siècle et qui ont été responsables des torrents de sang déversés sur l’Europe au XXe siècle.

Un nationalisme synonyme de  populisme, d’impérialisme arriéré nostalgique d’un passé fantasmé qui est à mille lieues et même farouchement opposé, par exemple, au nationalisme corse ou catalan ne demandant rien d’autre que le droit d’exister.

Voilà donc ce qu’est véritablement la « fête des nations » de Marine Le Pen, une fête des « anti-peuples » une fête de « l’anti-droit à l’autodétermination ».

Et cerise sur le gâteau, venir fêter « les nations» à Nice, ce qui est une provocation en soit !

Nice qui a fait l’objet, entre deux nations, d’un marchandage abject déguisé sous la forme un plébiscite truqué en 1860 ! La première, en formation, l’Italie où Victor-Emmanuel II afin de construire « sa propre nation » n’hésita pas à trahir, non seulement 500 ans de fidélité des Niçois à sa dynastie (et faisant "cocu" Garibaldi au passage) mais trahit aussi ses propres ancêtres, qui depuis Amédée VII, avaient fait serment de ne jamais abandonner les Niçois ! La deuxième, la France avec Napoléon le petit (inventeur du mythe « nos ancêtres les gaulois » un des fondements de l’ultranationalisme franchouillard d’aujourd’hui) qui ne voyait rien d’autre en Nice qu’un outil pour concrétiser la théorie française « des frontières naturelles » en se servant des alpes niçoises (et alpes savoisiennes aussi) comme d’un rempart face à l’Italie naissante…

Venir célébrer une fête pareil à Nice ne peut être qu'une provocation lorsqu'elle est organisée par un parti tel le FN qui est l’ennemi déclaré des langues et cultures dites régionales que le FN considère comme du « communautarisme » (!), hostile à la charte européenne des langues régionales dont ce parti voit, dans sa vision ultra-jacobine délirante, « la balkanisation de la France » si elle était appliquée (rappelons que la France ne l’a toujours pas ratifié), hostile à toute forme d’autonomisme ou même simplement de régionalisme que ce parti considère comme une atteinte grave au mythe de « l’unité et de l’indivisibilité de la république » et dans le même temps les Le Pen père et fille ont toujours soutenu l’indépendance du Québec (comme certains de « ses alliés européens » qui initialement - tout de moins - étaient considérés comme des indépendantistes, mais nous ne sommes plus à une incohérence prête)

Je serai toujours farouchement opposé à ces gens-là, méprisant qui nous sommes et réécrivant notre histoire.

Je préfère, ce jour-là, protester contre ce parti ultra-jacobin, non pas dans la rue aux côtés d’autres jacobins (qui ne font que répéter en boucle le discours de la « diabolisation » qui ne marche plus aujourd’hui) mais en participant à nos traditions à Cimiez pour le premier jour de la fête des Mai, aux côtés des associations, artistes, personnalités et autres acteurs qui se battent tant bien que mal pour perpétuer notre culture en essayant de la sortir du folklore pour parisiens en safari dans lequel certains l’ont enfermée, quand d’autres n’essayent pas de la faire disparaître purement et simplement."

 

Julien LLINARES, président du Parti Niçois